v  Département françaisv Radio Chine Internationale

 
Culture

 
Tourisme

 
Panorama

 
Economie

JO de Beijing
Accueil | Actualité | Dossiers spéciaux | Apprenons le chinois | Radio en ligne | Services | Chine ABC
La réforme du système de santé se recentre sur l'intérêt général
2009-04-09 17:12:52 cri

Les autorités chinoises ont rendu public le 6 avril le projet de réforme du système de santé. Rejetant les pratiques qui s'orientaient excessivement vers le marché, le projet vise à mettre en place un système médical de base dominé par le secteur public, à offrir une couverture médicale à tous les urbains et à tous les ruraux et à atteindre l'objectif consistant à garantir à tous des services de soins médicaux fondamentaux.

Pendant plusieurs dizaines d'années, la cause de la santé publique a parcouru un long chemin semé de vicissitudes. Elle est partie du principe de l'intérêt général, s'est ensuite engagée dans la voie de l'assujettissement aux lois du marché, pour enfin revenir sur ses pas et réaffirmer le principe de l'intérêt général.

Qu Fengying, 67 ans, nous a parlé non sans émotion de son expérience en tant que « médecin aux pieds nus » à la campagne il y a 40 ans. Par l'expression « médecins aux pieds nus », on désigne les médecins qui travaillaient en permanence en zone rurale et qui soignaient les malades en menant la vie rustique des paysans locaux, habitués à marcher pieds nus dans les champs.

Le système de cotisations pour les soins médicaux, symbolisé par les « médecins aux pieds nus », a effectivement aidé les paysans chinois à prévenir les maladies et à préserver leur santé en raison de la contribution minime dont il fallait s'acquitter pour se faire soigner. En 1980, la Banque mondiale et l'OMS ont qualifié le système de « système exemplaire pour régler les problèmes sanitaires de la population dans les pays en voie de développement » et aussi de « modèle chinois qui se distingue par une rentabilité sanitaire maximale avec un minimum d'investissements ».

Avec le lancement de la politique de réforme et d'ouverture en 1978, le système d'économie planifiée s'est progressivement converti en système d'économie de marché. Le régime des cotisations pour les soins médicaux appliqué en milieu rural et basé sur l'économie collective s'est vu privé de sa principale ressource financière. Le gaspillage inconsidéré et les charges excessives pour les entreprises s'accompagnaient cependant toujours du régime s'assistance médicale gratuite en vigueur dans les agglomérations urbaines. Une réforme du système médical chinois s'imposait.

Cette réforme a été officiellement lancée en 1985 et s'est effectuée selon les idées directrices suivantes : s'orienter vers le marché, tenir compte à la fois de la rentabilité sociale et de la rentabilité économique, amputer le budget sanitaire public et élargir l'autonomie des hôpitaux.

Depuis 1998, le gouvernement chinois a commencé à entreprendre trois réformes, à savoir : la réforme de l'assurance-maladie, la réforme du système sanitaire et médical et la réforme de la distribution des médicaments. Ces opérations avaient pour but d'instaurer en ville un régime d'assurance-maladie pour les employés urbains tout en allégeant les charges des entreprises, et de « séparer les médicaments du traitement médical » en remédiant au problème des prix aberrants et trop élevés des médicaments. Etant donné que ces réformes ont été entreprises en suivant le principe de la réorganisation vers le marché, les problèmes et la question du coût des soins médicaux n'ont pas été réglés.

Depuis le début des années 90, le débat entre l'orientation vers le marché et le retour à l'intérêt général faisait rage en Chine. Avec la mise en vigueur du nouveau projet de réforme, ce débat s'est enfin terminé.

Au cours d'une conférence de presse, mercredi à Beijing, le vice-ministre chinois de la Santé publique Zhang Mao a explicitement déclaré que la réforme a l'intérêt général comme point de départ et l'équité comme point d'arrivée. Il a notamment dit ceci :

« Nous offrirons à toute la population un système de soins médicaux fondamentaux de service public, de sorte que tous les citoyens jouissent des services sanitaires fondamentaux. Il s'agit d'un grand changement conceptuel et institutionnel pour le développement de la cause sanitaire du pays. Il s'agit d'une entreprise pour traduire de manière approfondie dans les faits le concept scientifique de développement, pour placer l'homme au centre de nos préoccupations et pour régler les problèmes les plus réels et les plus directs dont se préoccupent les masses populaires. »

Des expériences pilotes ont déjà démarré dans certaines régions chinoises.

La question sanitaire et médicale concerne la santé d'un milliard trois cents millions de Chinois. Dans les circonstances actuelles, où le niveau de vie du peuple demeure peu élevé et où de graves disparités existent entre le milieu urbain et le milieu rural, une réforme du système médical reposant sur l'intérêt général permettra de garantir fondamentalement la santé des masses populaires et de redéfinir nos pistes de réflexions sur le développement ultérieur de la cause sanitaire et médicale en Chine.

Commentaire

  • Interviews
  • Information
  • Contactez nous |