v  Département françaisv Radio Chine Internationale

 
Culture

 
Tourisme

 
Panorama

 
Economie

JO de Beijing
Accueil | Actualité | Dossiers spéciaux | Apprenons le chinois | Radio en ligne | Services | Chine ABC
Le rapport du Centre chinois de recherches de la tibétologie présente la situation de développement économique et social au Tibet
2009-03-30 19:38:56 cri



src="mms://media.chinabroadcast.cn/french/wai090330.wma"

type="video/x-ms-wmv"
width="250" height="45">

Le Centre chinois de recherches de la tibétologie a publié le 30 mars le « rapport sur le développement économique et social du Tibet ». Ce rapport expose, analyse et résume, de façon intégrale et à partir du système social, de la protection de l'environnement et du niveau de développement économique, l'état actuel du développement économique tibétain, les succès obtenus et les défis rencontrés dans cette région. Le « Rappot » estime que sous le grand soutien du gouvernement central et des autres provinces et régions autonomes, la croissance économique du Tibet se maintiendrait à un niveau relativement élevé.

Le « Rapport sur le développement économique et social du Tibet » indique que ces 50 dernières années qui ont suivi la réforme démocratique tibétaine, le développement du Tibet se manifeste tant par l'accumulation des richesses sociales que par l'amélioration de la qualité vitale et la garantie des droits et intérêts de l'homme. La réforme démocratique entreprises en 1959 a aboli le système de servage féodal. Les terres et les autres importants moyens de production occupés dans le passé par la couche supérieure féodale ont été distribués aux serfs, libérant grandement la force productive. L'économie tibétaine a connu alors une croissance rapide sans précédent. Le PIB moyen par tête, l'espérance de vie, le degré d'instruction par tête des habitants au Tibet et surtout des habitants tibétains, ainsi que d'autres importants indices en amtière de développement de l'humanité, ont aussi connu un changement révolutionnaire.

Zhu Xiaoming, chercheur au Centre chinois de recherches de la tibétologie, a déclaré :

« Le Tibet est une des provinces et régions autonomes où la réforme démocratique est la plus importante au niveau de la profondeur et de l'envergure de la réforme sociale dans le cadre de notre République. Le Tibet est passé de la société de servage féodal à la phase du socialisme, en dépassant la phase finale de la société féodale et la phase historique du capitalisme. »

Le « Rapport » indique que le plateau Qinghai-Tibet sur lequel est situé le Tibet est le lieu d'origine de plusieurs grands fleuves et rivières asiatiques et leur amond, et qu'il est le « réservoir solide » d'existance de la vie de quelques milliards de personnes asiatiques. Ce plateau occupe alors une très importante position environnementale. Les transferts sociaux des instances financières centrales et l'aides accordée par les différentes provinces et municipalités ont atténué grandement la consommation des ressources locales et la pression de l'environnement au Tibet, jouant ainsi un grand rôle irremplaçable pour la protection de l'environnement et la construction écologique du Tibet. Lhorong Dradul , chercheur qui travaille ausse au Centre chinois de recherches de la tibétologie, a déclaré :

« La Région autonome du Tibet est située au centre du plateau Qinghai-Tibet, et sa position de l'environnement écologique est très importante. Or, l'environnement du Tibet est très précaire. Nous citons l'exemple de la plantation des arbres. Des arbres plantés cette année peuvent vivre dès cette année dans les autres endroits de la Chine. Mais le cas est différent au Tibet, des efforts doivent être multipliés pour faire vivre les arbres nouvellement plantés. L'aide du gouvernement central au Tibet, surtout un grand nombre de transferts sociaux financiers du gouvernement central vers le Tibet, et l'assistance fournie au Tibet par les autres provinces et régions du pays constituent, je pense, la plus grande contribution apportée à l'oeuvre de l'environnement au Tibet. Avec tant d'argent, nous pouvons développer directement la production au lieu de creuser des mines et d'abattre des arbres. J'estime qu'à part le pôle Nord et le pôle Sud, l'air de Lhasa est le plus pur et le plus frais dans le monde. »

Le « Rapport » indique en outre que le problème du déséquilibre du développement dans les villes et les régions rurales du Tibet reste encore très saillant pour le moment et qu'il faut consacrer de grands efforts pour résoudre ce problème. Ecoutons Lhorong Dradul :

« Le gouvernement central et les autres provinces et régions nous ont donné beaucoup d'opportunités. Les transferts sociaux financiers du gouvernement central et l'assistance fournie par les autres provinces sont devenus souvent des occasions de développement et des occasions d'emploi pour le Tibet. La Région autonome du Tibet a sorti, il y a deux ans, une politique selon laquelle dans la construction des différents projets au Tibet, il faut laisser aux paysans et pasteurs tibétains les postes de travail qu'ils sont capable d'assumer. Pour les projets financiés par le gouvernement, plus d'un tiers du personnel utilisé doit être embauché parmi les paysans et pasteurs locaux. Par exemple durant la période de la construction du chemin de fer Qinghai-Tibet, on a recruté beaucoup de pasteurs tibétains locaux. »

Le gouvernement central débloquera, d'ici deux ans, un fonds de soutien de près de 80 milliards de yuans au Tibet. Avec un tel soutien financier, la croissance économique tibétaine se maintiendrait à un niveau relativement élevé.

Commentaire

  • Interviews
  • Information
  • Contactez nous |