Retrouvez-nous sur
  • Version mobile
  • RCI
  • Service français
  • Contact
  • Offre d'emploi
  • Web  french.cri.cn   
    Céline au Tibet : Visite du Palais du Potala
      2011-07-20 13:15:14  cri








    src="mms://media.chinabroadcast.cn/french/potala0720.wma"


    type="video/x-ms-wmv"
    width="250" height="45">

    A présent, on se trouve au pied du Potala. Tout d'abord, un peu d'histoire. Edifié sur une colline au nord-ouest de Lhassa, le Palais du Potala est le complexe architectural le plus grand du monde à cette altitude. D'après la tradition, il fut construit au 7ème siècle par le roi Songtsen Gampo des Tubo. C'était une forteresse de neuf étages comprenant un millier de pièces.

    Après la disparition des Tubo, ce palais fut détruit par de nombreux incendies au cours de nombreuses guerres. Au 17e siècle, le 5e Dalaï-Lama fonda un nouveau royaume et il fut nommé chef administratif et religieux du Tibet par le gouvernement des Qing, régnant la Chine de 1644 à 1911. En 1645, il fit reconstruire le Palais du Potala qui fut agrandi par la suite.

    "La visite du Potala commence par la stèle au pied de la montagne. Maintenant commençons à monter."

    C'était notre guide d'aujourd'hui, Tamdrin. Elle nous demandait de faire attention à où nous mettions les pieds en montant et d'enlever nos chapeaux une fois à l'intérieur du bâtiment.

    Il ne faut pas aller trop vite. Doucement et vous y arriverez. A travers les diverses rampes d'accès, on arrive à la porte de l'Est. Près de cette porte veillent les Quatre divinités gardiennes de Bouddha, et après avoir traversé un passage couvert, on arrive dans la Cour de l'Est.

    « Vous voyez devant nous le Palais Blanc. L'ensemble architectural du Potala comprend sur 13 étages le Palais Blanc, qui sert de résidence des dalaï-lamas et le Palais Rouge constitué de salles de prière, de chapelles funéraires pour les dalaï-lamas. La superficie bâtie est de 130 000 m². La hauteur est de 119,07 mètres. Nous sommes au 8ème étage. Les 7 étages au dessous sont les constructions secondaires. Les 6 étages au dessus sont les constructions principales. »

    La Cour de l'Est est dominée par la haute façade du Palais Blanc où est exposée la grande peinture de Bouddha à l'occasion des fêtes religieuses. Son sol pavé couvre une superficie de 1600 m². C'est là que se donnaient les représentations de chants et de danses masquées, auxquelles assistaient les dalaï-lamas.

    Et puis par des escaliers, on pénètre dans le Palais Blanc. Selon les documents historiques il aurait été fondé vers 1653, l'année où l'empereur Shunzhi des Qing nomma le 5ème Dalaï-Lama. Les réincarnations des dalaï-lamas furent acceptées par le gouvernement des Qing, qui était le gouvernement central et c'était le représentant de la cour impériale au Tibet qui présidait les cérémonies d'intronisation du dalaï-lama dans le Palais.

    Ce sons des salles qui portent des noms différents et qui ont des fonctions différentes. Malheureusement je n'ai pas pu tout retenir. Mais j'ai remarqué que les meubles et la décoration sont de style tibétain qui utilise plus de couleurs par rapport au style han. Beaucoup de jaune et de rouge. Ce sont les deux couleurs dominantes de la cité interdite, mais peut-être le savez-vous déjà ? Les couleurs bleu, vert et blanc sont également omniprésentes. Elles sont également très importantes pour les Tibétains, car elles représentent le ciel, la prairie et les nuages ou au sens plus large la pureté.

    A l'intérieur du Palais du Potala, on ne peut pas prendre des photos. Et la durée de la visite guidée est limitée à une heure, chronomètre à la main. Les guides ou les conférenciers doivent présenter leur carte à l'entrée et à la sortie du palais. Il leur a été demandé de respecter la limite de temps. On écoute notre guide Tamdrin.

    « L'interdiction de photographier, c'est pour éviter les attroupements. Si tout le monde prend son temps pour poser devant la caméra, cela deviendra trop encombré à certain endroit. Comme la construction du palais est en bois et en pierre, elle ne supporte pas bien ce poids supplémentaire. »

    Donc pour protéger le palais du Potala, il ne faut pas traîner lors de sa visite et ne surtout pas prendre de photos. Si vous voulez garder un souvenir de l'intérieur du palais, vous pouvez acheter des livres, souvent accompagnés de belles photos.

    Comme nous l'avons signalé au tout début de notre visite, le Palais du Potala a été construit sous la gouvernance du 5ème Dalaï-Lama. Vers la fin de sa vie, il se retira de la vie publique et confia les pouvoirs au régent Sangyé Gyatso. En 1682, à l'âge de 65 ans, il mourut avant d'en achever la construction. Cependant, il en avait confié la responsabilité à Sangyé Gyatso en lui conseillant de garder le secret de sa mort un temps. C'est pour cela que le régent cacha au peuple tibétain la mort du dalaï-lama pendant plus de 12 ans, jusqu'à la fin des travaux.

    le Palais Rouge

    Dans le Palais Rouge, il y a 8 stoûpas dont le plus grand est celui du 5ème Dalaï-Lama, parce qu'il est considéré comme le plus brillant tant sur le plan religieux que sur ses recherches historiques et médicales. Sachant que le stoûpa est un monument funéraire qui contient ou est censé contenir des reliques. Le stoûpa du 5ème Dalaï-Lama, de 15 mètres de haut est couvert d'or et serti de pierres précieuses. A lui seul l'or pèse 3,72 tonnes. Notre guide Tamdrin ne cache pas son admiration pour le personnage.

    « Quelle est la place du 5ème Dalaï-Lama dans l'histoire ? Qu'en pense le peuple tibétain ? Voyons ces deux statues. A votre gauche, c'est Shākyamuni. A côté de lui, c'est le 5ème Dalaï-Lama. Pour les Tibétains, le 5ème Dalaï-Lama a la même importance que Shākyamuni, le fondateur du bouddhisme. »

    Dans la plus grande salle du Palais Rouge, il y a le portrait de l'empereur Qianlong des Qing et une tablette portant son épigraphe. Cette tablette dit que c'est ici où « le lotus vient de sortir de terre ». Depuis le 7ème Dalaï-Lama, le 3ème jour du 1er mois du calendrier tibétain, le dalaï-lama vient en ces lieux vénérer la tablette de l'empereur.

    Après avoir traversé une galerie de peintures, on arrive dans la grotte de la Méditation. Il s'agit d'une grotte naturelle. Au 7ème siècle, le roi Songtsen Gampo y méditait, d'où le nom de la grotte. Selon les mesures de repérage, la grotte est juste au centre du Palais Rouge.

    Dans la grotte, on peut voir une fresque et les statues du roi et de ses reines datant de la même époque. La fresque montrant le palais de l'époque a inspiré les artistes du 17ème siècle lors de la reconstruction du Palais du Potala. Donc cette grotte est considérée comme le point de départ du palais.

    En effet, le Palais du Potala a été construit petit à petit, mais toujours sans plan préalable. Chose incroyable pour les hommes de l'époque et d'aujourd'hui. Pourtant ce qui compte, c'est qu'il est toujours là, sur la colline Rouge de Lhassa. Pour comprendre tout ça, notre guide nous donne un exemple, celui de la terre agya.

    « La terre agya est une sorte de terre argileuse. On ne la trouve qu'au Tibet. Le plancher du palais est pavé et damé avec de l'agya. Pour la partie en plein air, ce n'est plus aussi lisse qu'avant, à cause de la pluie et du soleil. Ca ressemble maintenant à du ciment. »

    En 1961, le Palais du Potala est classé monument historique et mis sous la protection de l'Etat. Depuis, des fonds spéciaux sont alloués à son entretien ainsi qu'à sa protection. De 1989 à 2007, les plus grands travaux d'entretien sont entrepris, avec un investissement total de 220 millions de yuans. C'est à cette période qu'on a amélioré la résistance de la terre agya, en y ajoutant des éléments hydrorésistants.

    Pour mieux protéger ce patrimoine mondial, le nombre des visiteurs a été limité à 2300 personnes par jour. Donc si vous voulez le visiter, il faut réserver votre billet d'entrée un jour à l'avance. Lors de la réservation, une heure de visite vous sera donnée, afin d'éviter de vous faire attendre trop longtemps devant l'entrée.

    Bien sûr, nous ne pouvons pas vous faire découvrir le Palais du Potala en une seule émission. Et le Tibet réserve bien d'autres trésors que le Potala. Mais nous vous encourageons à vous rendre sur place pour découvrir par vous-même le Tibet.

    statues de Shākyamuni et du 5ème Dalaï-Lama

    Commentaire
    Annonce
    Le sommet de B20 et celui de G20 auront lieu à Hangzhou du 3 au 5 septembre. Nous allons couvrir quatre grandes séances lors des deux sommets importants sur nos deux sites et notre Facebook: l'ouverture du sommet de B20 prévu dans l'après-midi du 3 septembre, le sommet non-officiel des chefs d'Etat des BRICS, l'ouverture du sommet de G20, prévu le 4 septembre et enfin, la conférence de presse après la clôture du sommet de G20, prévu dans l'après-midi du 5 septembre. Soyez nombreux à surfer nos sites pour suivre des événements importants en nous laissant vos réactions.
    C'est parti ! Le 21 décembre 2015, Radio Chine Internationale a lancé 2 heures d'émissions francophones en DIRECT à travers le monde. Journaux, insolites, musique chinoise et mondiale et chaque jour un nouveau sujet à partager avec vous.

    Horaires des émissions en direct de RCI:
    18h à Dakar, Saint-Louis  (FM 102.9) Ziguinchor, Kaolack (FM 106.6)
    10h à Niamey, Maradi, Zinder (FM 106), Agadez (FM 103)
    12h à Brazzaville (FM 90.1)
    18h à Bangui (FM 97.6)
    21h à Bujumbura (FM 89.2)
    13h à Moroni (FM 94.9)
    12h à Djibouti (FM 99.8)
    8h à Nouakchott (FM 95.7)

    Téléchargez notre application gratuite @RCI sur votre mobile. Cherchez @RCI sur App Store et Google Play Store, et dialoguez avec nos animateurs et animatrices !

                              
                         Android                         iOS

    RCI vous propose

    Beijing, nouvelle place forte de l'art contemporain

    Tibet: les vestiges de l'ancienne capitale du royaume de Gugé

    Le Corso fleuri de Lichtenvoorde aux Pays-Bas

    Exposition d'un éléphant mécanique de 8,8 mètres de haut à Beijing
    plus>>
    © Radio Chine Internationale.Tous droits réservés.
    16A, rue Shijingshan, district Shijingshan, Beijing, Chine