• Département français
  • Radio Chine Internationale
  • China Radio International
    Infos Chine
    Infos Internationale
      Eco & Finances
      Culture
      Sci & Edu
      Sport
      Divers

    ECONOMIE

    CULTURE

    GUIDE

    SOCIETE

    TOURISME

    SPORTS

    SCI-EDU
    (GMT+08:00) 2005-08-23 11:23:03    
    L'enseignement des langues au Tibet

    cri
    L'air que vous venez d'entendre est une chanson tibétaine interprétée par les élèves de l'école primaire de Zetang, dans la région tibétaine de Lhoka. Considéré comme « Le toit du monde », le Tibet est l'une de cinq régions autonomes de Chine. Sa population principale est l'ethnie tibétaine, qui possède sa propre langue et sa propre écriture.

    Du fait de sa position géographique et sa situation sociale particulières, le Tibet a vécu dans une sorte de système féodal jusqu'à 1959. Dans tout le Tibet, environ 95% des gens étaient des serfs privés de liberté personnelle et d'éducation. En 1959, après l'application de la réforme démocratique au Tibet par la Chine, des millions de paysans tibétains ont gagné cette liberté ainsi que des moyens de production comme la terre et les animaux domestiques. Ces habitants ont commencé à accepter l'éducation gratuite fournie par le gouvernement.

    Après la création de la région autonome du Tibet en 1965, comme prévu par la politique gouvernementale de développement des langues ethniques, le tibétain est devenu la langue de l'enseignement, complétée du mandarin dans les écoles primaires et secondaires. Ainsi, de gros efforts ont été déployés pour éduquer, enfants, agriculteurs et bergers.

    Mar Chung, un fonctionnaire de l'éducation de la Région autonome du Tibet a déclaré que depuis une quarantaine d'années, les départements administratifs de l'éducation, à tous les échelons, se sont attachés à promouvoir l'enseignement de la langue tibétaine. Le voilà au micro de RCI : « La langue tibétaine est un aspect de la culture remarquable des Tibétains. Si nous ne mettons pas en valeur, si nous ne la faisons pas rayonner, alors nos enfants nous le reprocherons. Par conséquent, le gouvernement de notre région autonome a mis sur pied le comité de travail de la langue tibétaine et le groupe dirigeant de la langue tibétaine ainsi que des bureaux placés sous sa direction. Dans les départements éducatifs, à tous les niveaux, on a établi des institutions dirigeantes spécifiques ».

    Mar Chung précise que dans le cursus scolaire, depuis l'école primaire jusqu'au lycée, la langue tibétaine est obligatoire pour les élèvs tibétains. Ils n'apprennent le chinois qu'à partir de la 3e année d'école primaire. Ce qui a permis aux jeunes Tibétains de vivre et de suivre leurs études facilement, non seulement au Tibet, mais aussi dans le reste de la Chine.

    Nous suivons maintenant le cours de tibétain de la 3ème année du premier cycle de l'école secondaire du district de Nedong, dans la région de Lhoka. Tous les enfants sont issus de familles d'agriculteurs et de bergers tibétains locaux. On y enseigne le chinois et le tibétain dans toutes les classes. Pour exercer les élèves à être bilingues, l'école organise souvent diverses activités comme des représentations artistiques dans les deux langues, des concours d'élocution, de rédaction et de calligraphie. L'un de ces lycéens, Phuntsog Wangdu, nous dit ce qu'il en pense : « Le tibétain est la langue de notre nation. Dans les cours de tibétain, nous pouvons apprendre l'histoire du Tibet, des poèmes et beaucoup de romans étrangers traduits en tibétain. Je les aime beaucoup. Je continuerai mes études en deuxième cycle de l'école secondaire. Mon rêve c'est d'être enseignant. »

    Tashi Gyatso, directeur-adjoint du Bureau de l'éducation et du sport de la région de Lhoka nous dit qu'actuellement toutes les écoles primaires et secondaires locales enseignent à la fois en chinois et en tibétain. En primaire, la priorité va au tibétain et le chinois a un rôle d'appoint. En secondaire on dispense l'enseignement dans les deux langues. La plupart des écoles primaires de toute la région proposent des cours de chinois dès la 1ère année. Cette initiative a obtenu le consentement et le soutien des parents et des sociétés locales. Ainsi, grâce à cette méthode d'enseignement en deux langues, les élèves tibétains apprennent le chinois pendant six ans à l'école primaire. Et une fois au lycée, ils peuvent comprendre les leçons en chinois. Ce qui les aide à poursuivre leurs études au lycée, voire à l'université.

    Tout en renforçant l'enseignement des deux langues, certaines écoles primaires du Tibet proposent dès la 3ème année l'apprentissage d'une troisième langue, l'anglais en l'occurence. C'est ce que vous venez justement d'entendre est un cours d'anglais à l'école primaire du district de Zetang. Une pancarte s'affiche devant l'école secondaire de Nyingchi. On peut y lire: «Prendre pied sur le pays natal, bien apprendre bien le tibétain, s'orienter vers toute la Chine, bien apprendre le chinois, envisager l'avenir, bien apprendre bien l'anglais. » Tenzin Chophel dont le fils étudie dans cette école, soutient le développement de l'enseignement des langues dans les écoles du Tibet. Voici son avis : « Il y a beaucoup de Hans et d'étrangers dans de nombreux endroits au Tibet. Si nous ne parlons pas le chinois ou l'anglais, nous ne comprenons rien. A l'école, on enseigne deux ou trois langues : l'anglais, le chinois et le tibétain, c'est très utile. »

    A ce propos, le fonctionnaire de l'éducation Mar Chung estime que si le Tibet voulait bien se développer et se moderniser, son système éducatif devrait s'ouvrir sur le monde extérieur et sur l'avenir. A ce titre, le chinois et l'anglais sont donc des outils importants pour aider les Tibétains à se développer et se moderniser.