• Département français
  • Radio Chine Internationale
  • China Radio International
    Infos Chine
    Infos Internationale
      Eco & Finances
      Culture
      Sci & Edu
      Sport
      Divers

    ECONOMIE

    CULTURE

    GUIDE

    SOCIETE

    TOURISME

    SPORTS

    SCI-EDU
    (GMT+08:00) 2005-03-17 15:11:41    

    Interview avec Liu Xiang, champion de 110 m haies messieurs des Jeux Olympiques d'Athènes


    cri
    Le père et la mère de Liu Xiang étaient très souvent chargés, n'ayant pas le temps de s'occuper de leur fils, celui-ci fût gardé chez ses grands parents dès l'enfance. C'est pourquoi Liu Xiang adore sa grand-mère, peut-être même plus que ses parents.

    En 2001, Liu Xiang participe à l'Universiade Mondiale. Avant son départ, sa grande-mère l'encourage naturellement, mais en fait c'est à ce moment-là qu'on lui découvre un cancer du pancréas. Liu Xiang très inquiet, se détermine alors de ramener une médaille d'or à sa grand-mère. Comme on s'y attendait, il remportera l'épreuve du 110 m haies messieurs de cette universiade.

    Une fois de retour à Shanghai, Liu Xiang se rend directement à l'hôpital pour voir sa grand-mère. Et il lui accroche la médaille autour de son cou. Cette dernière est alors naturellement très fière de son petit-fils. Peu après, c'est les 9ème Jeux Nationaux de Chine. Avant son départ pour Guangzhou, Liu Xiang se rende encore à l'hôpital pour voir sa grand-mère, mais il ne sait pas que c'est la dernière fois qu'il la verra. Le 24 novembre 2001, quand Liu Xiang rentre à Shanghai avec une autre médaille d'or, on lui apprend que sa grand-mère est morte. Il est alors si triste qu'il pleurera toute la nuit. A ce moment il se jure de devenir le meilleur athlète du monde. Dès lors, Liu Xiang participe à toutes les compétitions internationales.

    Avec d'inlassables efforts et des entraînements de plus en plus durs, pendant les années suivantes, Liu Xiang manifestera un don naturel pour la course de haies.

    Dès lors il enchaine les performences. Au Grand Prix de la Fédération d'Athlétisme internationale de 2002, il bat le record du 110 m haies messieurs en 13 secondes 12. En 2004, durant le Grand Prix d'Athlétisme organisé en Europe, il remporte 3 médailles d'or et une d'argent aux épreuves du 110m haies.

    Cependant, même une fois champion du monde, Liu Xiang reste naïf et simple comme un enfant. Il aime bien prendre des collations, surtout des yaourts et des chips. Sous son lit on trouve un coffre souvent rempli de friandises.

    Ce grand champion est encore un jeune garçon raisonnable. Chaque fois qu'il participe à des compétitions en terre étrangère, il ramène toujours des cadeaux à ses parent : durant le Grand Prix de Bruxelles, il achète un pull-over chic ; lors du Championnat du monde à Paris, il achète une serviette Louis-Vitton. Liu Xiang sait bien que ses parents mènent une vie frugale. Il veut que ses parents puisse également jouir de ses succès, et souhaite particulièrement que sa mère devienne encore plus belle.

    En 2004, après le Grand Prix d'Athlétisme au Japon, il rentre justement pour la fête des Mères, avec un sac rempli de cadeaux : des produits de beauté, des fleurs, sans oublier ses bons résultats au Japon. Sa mère passe alors une fête inoubliable !

    Au mois de juillet 2004, un mois avant son départ pour Athènes, son père, Liu Xuegen, est atteint d'un calcul biliaire. Mais pour ne pas influencer la préparation de leur fils, les époux décident de ne pas lui en parler. Durant son séjour à Athènes, Liu Xiang téléphone régulièrement à ses parents. Après tout c'est la première fois qu'il participe aux Jeux Olympiques, et il est très stressé. Quelques fois au téléphone, il ne veut même pas parler de ses entraînements en Grèce, pour ne pas qu'ils s'inquiètent pour lui. Mais des matchs de qualification à la demi-finale et la finale, devant leur télé, ses parents ne peuvent naturellement pas s'empêcher d'avoir le souffle coupé par l'angoisse. Heureusement Liu Xiang se qualifie à chaque fois. Au petit matin du 28 août, tous les voisins et amis de la famille se rendent chez ses parents pour supporter Liu Xiang, et prier pour qu'il gagne la médaille d'or. Tout le monde a les yeux rivés sur l'écran ... Liu Xiang égale le record du monde en 12 secondes 91 ! Sa mère exalte tellement qu'elle manque de s'évanouir à plusieurs reprises.

    Au troisième jour, Liu Xiang retourne en Chine, triomphant, avec toute la délégation chinoise. A peine chez lui qu'il se précipite pour offrir à ses parents tous les cadeaux qu'il a acheté en Grèce. Ce soir-là, les époux Liu ne peuvent pas dormir de toute la nuit, en effet, les amis appelent tous, les uns après les autres, pour les féliciter. Le lendemain matin, la mère achète une tonne de légumes pour faire la cuisine à son fils qu'elle aime tant.

    IV

    Dans la vie quotidienne, Liu Xiang est un garçon comme les autres. Il aime chanter, et chante bien. Les chanteurs Tao Zhe et Zhou Jielun sont les stars qu'il préfèrent. Il a maintenant 21 ans. Mais n'a pas encore de petite amie. Il nous a confié récemment que la principale qualité que doit avoir sa femme, c'est le respect envers ses parents. C'est pour lui la chose la plus importante.

    (cri)