• Département français
  • Radio Chine Internationale
  • China Radio International
    Infos Chine
    Infos Internationale
      Eco & Finances
      Culture
      Sci & Edu
      Sport
      Divers

    ECONOMIE

    CULTURE

    GUIDE

    SOCIETE

    TOURISME

    SPORTS

    SCI-EDU
    (GMT+08:00) 2004-01-16 16:00:32    
    ELIE DRO: " Un peintre caméléon "

    cri
    Né en 1971 dans la superbe ville de Danané, en Côte d'ivoire, Elie Dro a très tôt montré des capacités artistiques particulières. Il a ainsi intégré très jeune une école d'enseignement général et artistique, à Abengourou, après avoir gagné un concours national. Son baccalauréat de philosophie et arts plastiques en poche, il a poursuivi sa voie jusqu'aux Beaux-Arts d'Abidjan qui l'ont mené à ceux de Paris, en 1995. C'est tout naturellement qu'il a ensuite intégré un troisième cycle d'arts plastiques et de sciences de l'art, à l'université Paris1- Panthéon Sorbonne, où il prépare actuellement sa thèse de Doctorat.

    Par ailleurs, son activité artistique s'est vue reconnue par diverses manifestations et expositions. Ainsi, en 1995, alors qu'il finissait les Beaux-Arts en Côte d'ivoire, il a exposé certaines de ses toiles dans une rétrospective collective du musée d'Arts Modernes d'Abidjan - Cocody. L'année suivante, à Marne La Vallée, il a participé au 15 eme salon d'arts plastiques.

    Depuis, chaque année, il expose et donne à voir son talent : au salon des arts contemporains " Week-Art " du Mans, en 1997 ; à l'espace DN' W de Paris, en 199 ; enfin à Chevry-Cossiny, dans une manifestation qui lui décerna le diplôme municipal en 1998.En Avril 2000, il a exposé au Syndicat d'initiatives de Nanterre.

    " Je ne peins pas, je fais peindre. J'empoigne le spectateur et le livre à l'?uvre. Mon travail artistique consiste uniquement à donner du souffle à la matière, à recycler, à faire vivre le carton, le plâtre, le sable. A leur donner une nouvelle vie, à faire chanter la couleur et à créer le rêve.

    Je n'ai ni fixation, ni credo. Je ne dicte rien, je fais fleurir chez chacun son jardin mental à partir duquel, il confectionne lui-même son tableau. J'évite ainsi au spectateur le diktat de l'artiste. J'ai un rôle d'embrayeur. Je désigne sans nommer, j'esquisse sans détailler, j'ébauche.

    La vérité étant plurielle, la mienne ne saurait être univoque et s'imposer à tous. Comme pratique, ma peinture se veut une fleur, attrayante par ses couleurs mais également un cactus par son engagement. A travers les thématiques abordées : Le sida, l'excision, la guerre, la peine de mort, le totem?.. Je touche du doigt des problèmes que chacun peut développer à sa guise.

    Proche du magnétisme platonicien, cet art d'accoucher les esprits fait de ma pratique un hymne ou du moins une célébration de l'imaginaire, de la poésie. Elle met en avant le pschysme de chacun. A cet effet elle utilise comme ingrédients, la parabole, le mythe, le symbole, l'image, la métonymie, le proverbe?.Comme un caméléon, elle semble se camoufler à travers une peau qui change et qui s'adapte selon les circonstances. Sans se désavouer ni abandonner les acquis, ma grammaire picturale migre, s'acclimate et s'enrichit. Hier aux couleurs du palais des congrès de Nanterre, aujourd'hui mes ?uvres embellissent les pages d'ARTATOOM.

    Le simulacre du caméléon pourrait être une révélation mieux encore une stratégie de survivance. "

    Elie DRO : " Un peintre caméléon "